À la Culotte : blog foot

Ils ont fait 2011 : de F à J

3 janvier 2012 par Jules dans Analyses // 0 commentaires

F comme Fenerbahçe. Grandeur et décadence en Süper Lig. Auréolé d’un nouveau titre en championnat, les Marine et Jaune ont connu un été fort agité. Embourbé dans un scandale de matchs truqués, le club a vu son président écroué. Exclu de la Ligue des Champions (au profit de Trabzonspor), le club a même demandé à être rétrogradé en seconde division turque à la demande de ses joueurs. A l’inverse, certains ont préféré sauter du bateau avant le crash, à l’image de Diego Lugano (PSG), pas vraiment à bord d’un solide paquebot depuis le début de saison.

G comme Gary Speed. Peu connu en France, Gary Speed était une icône outre-Manche. Premier joueur à dépasser les 500 matchs en Premier League, le Gallois était un joueur de devoir, passé par bon nombre de clubs du ventre mou du championnat (Leeds, Newcastle, Everton, Bolton). Sélectionneur du Pays de Galles depuis décembre 2010, il a été retrouvé pendu à son domicile le 27 novembre dernier. A 42 ans. Sans qu’on sache encore pourquoi.

H comme Eden Hazard. Et si la Ligue 1 avait trouvé son Mario Balotelli ? Comme l’Italien, Eden Hazard a une nouvelle fois cette année montré tout le spectre de son talent, conduisant Lille jusqu’à un titre qui lui fuyait depuis plus de 50 ans. Encore insensible aux sirènes du Real ou de la Serie A, le prodige belge continue de réciter ses gammes en Ligue 1… mais pas en sélection belge, où il est froid notoire avec le sélectionneur Georges Leekens. Surpris par la télévision belge en train de manger un hamburger avant la fin d’un match officile, Georges Leekens a écarté Eden Hazard cet été d’un match amical. Lequel a immédiatement menacé de prendre sa retraite internationale.

I comme Inutile polémique. Au printemps, Mediapart croit tenir une bombe et ficelle un beau gros scandale velu : la FFF souhaiterait mettre en place des quotas ethniques dans les processus de formation des jeunes. Exit les grands blacks costauds, la France voudrait des petits blancs vifs et techniques pour concurrencer les Espagnols. La France du foot crie au racisme larvé et s’empresse de s’essuyer les crampons sur une supposée dérive xénophobe dans le saint des saints du foot français. Au final, moins d’un an après Knysna, l’épisode montre surtout une fédé aux abois, incapable depuis plus de dix ans de faire monter une nouvelle génération.

J comme l’équipe du Japon de football féminin. On attendait les Brésiliennes. On attendait les Américaines. On attendait les Suédoises. On a voulu croire à la victoire des Françaises. Finalement, ce sont les Japonaises qui l’ont emporté, au bout d’un match crispant dans lequel les Nippones ont montré une combattivité et une solidarité sans faille, attendant le meilleur moment pour placer des attaques victorieuses. L’éveil d’une future grande nation du foot féminin ?

Ils ont fait 2011 : de A à E

2 janvier 2012 par Jules dans Analyses // 0 commentaires

Et voilà. 2011 est passé, 2012 s’avance. Pour la première fois depuis le début du XXIe siècle, cette année d’ordinaire qualifiée de creuse — comprenez : il n’y a aucun tournoi international majeur — a réussi à tenir en haleine le public, du plus esthète jusqu’au plus occasionnel. Le mérite en revient à la Coupe du Monde féminine en Allemagne et à la Coupe du Monde des moins de 17 ans, où les deux équipes françaises ont réalisé un excellent parcours. Mais au-delà des tournois majeurs, ils ont été nombreux à marquer de leur griffe l’année footballistique. Petit résumé subjectif.

A comme Alex Ferguson. Le 19 décembre 2010, Sir Alex avait déjà battu le record de longévité sur le banc des Red Devils, chipant le trophée à un autre sir, Sir Matt Busby (1945-1969). En 2011, le coach écossais de Manchester United est toujours en poste, et a battu le 6 novembre dernier un nouveau record, en fêtant ses 25 ans de banc à Trafford. A 70 ans (il les a fêtés le 31 décembre dernier), avec un nouveau trophée en Premier League et une finale de C1 cette année, il compte bien rempiler pour au moins trois ans.

B comme Mario Balotelli. Les années passent et rien ne changent pour l’enfant terrible du football italien. Profondément talentueux, mais doté d’une mentalité déplorable, Mario Balotelli a encore fait des siennes, alternant les coups de génie et les prestations de tenue avec les sorties de route : un je-m’en-foutisme scandaleux en match amical, ou l’incendie de sa maison après une soirée feux d’artifice. Et histoire de finir l’année sur une note négative, Roberto Mancini a publiquement demandé à son attaquant d’arrêter de fumerWhy always him ? Parce que le championnat anglais et ses tabloïds feraient triste mine sans un personnage aussi truculent de Super Mario.

C comme Coupe du Roi. Le printemps nous a gâté cette année, avec 4 clasicos en moins d’un mois. Championnat, Ligue des Champions… le Barça a cette année montré son impressionnante supériorité sur son rival galactique. Excepté en Coupe du Roi, où un coup de tête de CR7 a permis aux Madrilènes de remporter une compétition qui les fuyait depuis 17 ans. Un bonheur n’arrivant jamais seul, le Real Madrid peut se vanter de posséder désormais un trophée unique, le défenseur Sergio Ramos l’ayant fait tomber sous les roues du bus à la sortie du stade.

D comme Dortmund. En Afrique du Sud, l’Allemagne avait impressionné par sa maîtrise du jeu et sa classe biberon (Özil, Khedira, Müller, etc.). En Bundesliga, la jeunesse de Dortmund a survolé le championnat l’an passé, redonnant au club rhénan des lettres de noblesse perdues depuis le changement de siècle. Une notoriété nouvelle que les Schwarzgelben semblent avoir du mal à assumer : pour leur grand retour en Champions’ League, les joueurs de Jürgen Klopp ont été fantomatiques dans leur groupe. Une déliquescence heureusement compensée par une série en cours de 11 matchs sans défaite en championnat, permettant aux Allemands de se maintenir à trois points du leader munichois après un début de saison difficile.

E comme Edel Apoula. S’il y en avait encore qui doutaient que pour être champion, il faut avant tout disposer d’un bon gardien, le parcours du PSG l’an passé devrait achever de les convaincre. Avec un jeu retrouvé, parmi les plus aboutis collectivement avec les Lillois, les Parisiens ont bien cru pouvoir toucher l’Hexagoal. Mais c’était sans compter son gardien arméno-camerounais, une nouvelle fois coupables de nombreuses boulettes comme à Brest, ou surtout face à  Lyon. Après Lionel Letizi et Mickaël Landreau, Edel a bien prouvé qu’il existe une malédiction des gardiens à Paris. Que semble pour l’instant conjurer Salvatore Sirigu. Transféré cet été à l’Hapoël Tel Aviv, Edel est toujours impressionnant.

Demain : de F comme Fenerbahçe à J comme Japon.

Kombouaré dehors

22 décembre 2011 par Jules dans Analyses // 2 commentaires

Il n’y avait quasiment plus de suspense depuis deux mois. Aujourd’hui, Leonardo a mis sa menace à exécution : malgré le titre de champion d’automne glané par le PSG version qatarie, Antoine Kombouaré se fera signifier son licenciement dans les prochains jours. Une claque et un coup de gerbe pour les supporters parisiens. Pour les observateurs, un gros doute sur les capacités de Leonardo et des Qataris de gérer un club français. Et s’ils avaient pourtant raison ?

Bien sûr, il y a quelque chose de pourri au royaume de la Porte d’Auteuil. Antoine Kombouaré, déjà sur la sellette avant le début de la saison, avait pourtant été confirmé par Leonardo himself. Gage de sérénité et de confiance pour la saison ? Que nenni. Pas assez sexy, pas assez international, AK a passé un premier semestre à esquiver les coups et les camouflets, droit dans ses bottes. Jusqu’à en rire, lui qui déclarait à l’envi qu’il était en CDD perpétuellement reconductible. Et malgré tout, le Kanak a su tant bien que mal gérer des individualités nouvelles et exploiter les qualités techniques de son groupe pour remporter un titre de champion d’automne que le PSG n’avait pas remporté depuis près de quinze ans. Excusez du peu.

Les supporters parisiens en auront la bave aux lèvres. Eux qui ont cet été porté aux nues Leonardo, ex-idole éphémère du Parc, le foulent désormais aux pieds. Car entre temps, AK a su gagner la confiance des supporters par ses résultats, son franc-parler et sa droiture. Un mec qui dit merde à tous, aux entraîneurs adverses, capable de fracasser une porte quand Stéphane Sessegnon l’emmerde et de balancer de la punchline en conférence de presse. L’âme du PSG. Alors forcément, comment justifier un licenciement quand supporters, joueurs et résultats plaident en faveur du coach actuel ?

PARI GAGNANT ?

Et si les Qataris avaient pourtant eu raison ?

L’absence de fond de jeu parisien est également un peu pour lui. Antoine Kombouaré traîne derrière lui une sale réputation, celle d’un gagne-petit, d’un mec qui a joué défenseur central toute sa vie et qui préfère tenir ou ne pas perdre un match plutôt que de tenter à tout prix les trois points. Hormis sur la première partie de saison dernière, Paris n’a quasiment jamais joué en bloc sous l’ère du coach kanak, s’en remettant aux coups de tête de Guillaume Hoarau et aux buts de renard de Péguy Luyindula en 2009/2010, aux mouvements de solistes de Nenê l’an passé, et aux fulgurances individuelles cette année. Avec une appétence à peine masquée pour le jeu de contre. Hier face à Sainté, le coach parisien a fait sortir Pastore et Gameiro à dix minutes du terme pour… Tiéné et Armand.

Surtout, Paris a la sale habitude de flamber à l’hiver et d’exploser en vol au printemps. Voilà plus de trois saisons que les Parisiens n’ont pas gagné un seul match de championnat au mois de mai. La faute en incombe principalement à la gestion de l’effectif parisien d’Antoine Kombouaré : à force de vouloir jouer toutes les compétitions, l’entraîneur parisien a contribué à gâcher la fin de saison dernière, où les Parisiens ont traîné leur fatigue et leur spleen sous les rayons de soleil printaniers.

En remplaçant Kombouaré à l’hiver, les Qataris et Leonardo tentent un coup de poker : celui de ne pas avoir à le remplacer au printemps, quand le coup de mou pointera. Car avec une philosophie du contre et du gagne-petit, Kombouaré avait-il vraiment des chances d’emmener le PSG au sommet de la Ligue 1 ?

L’avenir, et surtout le prochain entraîneur à se glisser dans les costars Daniel Hechter (on parle de Frank Rijkaard, de Carlo Ancelotti… ou de Leonardo lui-même), tranchera. Peut-être un mal pour un bien, au final.

La règle des 6 secondes

15 octobre 2011 par Guilhem dans Analyses // 0 commentaires

On connaissait le jeu offensif du FC Barcelone : pas plus de deux touches de balles, conserver le ballon en attendant la faille, ou encore privilégier les passes courtes devant les centres, même en arrivant aux abords des 16 mètres.

Mais pour arriver à un tel résultat, le Barça a aussi une rigueur défensive qui nécessite de mettre toute l’équipe en alerte. Gudjohnsen, qui est passé par le club catalan (promis, on a vérifié) a fait fuiter l’info : la règle des 6 secondes. Autrement dit : chaque joueur qui perd le ballon a 6 secondes pour le récupérer, tandis que les deux joueurs qui sont les plus proches se chargent de couper les transmissions. Enfin, tout le reste de l’équipe fait ventouse autour du porteur de ballon. Un montage a été posté sur le Net pour montrer en image ce que ça donne sur le terrain.

Les premières images sont stupéfiantes, le reste un peu moins, mais montre quand même la rigueur dont chaque joueur de l’équipe fait preuve quand il s’agit de récupération du ballon. On espère qu’Alou Diarra tombera sur cette vidéo assez rapidement.

A la Culotte Social Club
Les petits potes
ALC soutient fièrement Alterfoot, le portail alternatif du football autrement.
Tumblr
Vos réactions
  • gonvalski : "Arsenal est éliminé de la Ligue des Champions", "humiliation".. Un... – 20 fév 2013
  • Tchatche : Oui bien fait mais pourquoi aurait il pas le droit... – 19 fév 2013
  • Centre de Fitness Toulouse : J'ai vu une grande Fiorentina face à des Interistes vraiment... – 18 fév 2013
  • Centre de Fitness Toulouse : Toujours aussi bon de voir jouer les madrilens qui montrent... – 18 fév 2013
  • Centre de Fitness Toulouse : Je pense que les joueurs vont parfois vraiment trop loin...... – 18 fév 2013
  • Commentaires précédents »
Brèves
\r\n\r\nDimanche 17 février\r\nLiverpool 5-0 Swansea\r\n\r\nSamedi 23 février\r\nFulham 1-0 Stoke City\r\nNorwich 2-1 Everton\r\nQueens Park Rangers 0-2 Manchester United\r\nReading 0-3 Wigan\r\nWes...
\r\n\r\nVendredi 22 février\r\nNice 2-0 Reims\r\n\r\nSamedi 23 février\r\nRennes 2-2 Sochaux\r\nAjaccio 1-3 Lille\r\nTroyes 0-0 Bastia\r\nValenciennes 0-0 Toulouse\r\nÉvian-Thonon-Gaillard 0-1 Mont...
\r\n\r\nVendredi 15 février\r\nAC Milan 2-1 Parme\r\n\r\nSamedi 16 février\r\nChievo Verone 1-1 Palerme\r\nAS Rome 1-0 Juventus Turin\r\n\r\nDimanche 17 février\r\nGenoa 1-0 Udinese\r\nTorino 2-1 Ata...
\r\n\r\nVendredi 15 février\r\nFC Séville 3-1 Deportivo La Corogne \r\n\r\nSamedi 16 février\r\nGetafe 3-1 Celta Vigo\r\nOsasuna 1-0 Real Saragosse\r\nMalaga 1-0 Athletic Bilbao\r\nGrenade 1-2 Ba...
\r\n\r\nVendredi 15 février\r\nLille 2-0 Rennes\r\n\r\nSamedi 16 février\r\nMarseille 1-0 Valenciennes\r\nBrest 1-1 Ajaccio\r\nBastia 0-1 Nice\r\nToulouse 2-2 Troyes\r\nMontpellier 1-0 Nancy\r\nLorien...
\r\n\r\nMardi 12 février\r\nCeltic Glasgow 0-3 Juventus Turin\r\nValence 1-2 PSG\r\n\r\nMercredi 13 février\r\nShakhtar Donetsk 2-2 Dortmund\r\nReal Madrid 1-1 Manchester United\r\n\r\nMardi 19 fév...
\r\n\r\nSamedi 9 février\r\nLazio Rome 1-1 Naples\r\nJuventus Turin 2-0 Fiorentina\r\n\r\nDimanche 10 février\r\nSampdoria Gênes 3-1 AS Rome\r\nUdinese 1-0 Torino\r\nCagliari 1-1 AC Milan\r\nPalerm...
\r\n\r\nSamedi 9 février\r\nMajorque 1-1 Osasuna\r\nLevante 1-2 Malaga\r\nCelta Vigo 0-1 Valence\r\nReal Madrid 4-1 FC Séville\r\nDeportivo La Corogne 0-3 Grenade\r\n\r\nDimanche 10 février\r\nBarc...
\r\n\r\nSamedi 9 février\r\nTottenham 2-1 Newcastle\r\nChelsea 4-1 Wigan\r\nSwansea 4-1 Queens Park Rangers\r\nSunderland 0-1 Arsenal\r\nStoke City 2-1 Reading\r\nNorwich 0-0 Fulham\r\nSouthampton ...
\r\n\r\nVendredi 8 février\r\nPSG 3-1 Bastia\r\n\r\nSamedi 9 février\r\nSaint-Étienne 4-1 Montpellier\r\nValenciennes 2-1 Brest\r\nNice 1-1 Lorient\r\nTroyes 0-0 Sochaux\r\nAjaccio 1-0 Bordeaux\r\nNa...