À la Culotte : blog foot

Red Star : construire pour y croire

25 août 2013 par Jules dans Analyses, Articles

Laurent Fournier Red Star

Le Red Star a vraiment eu chaud au cul la saison dernière. Le club audonien a lutté pour sa survie en National jusqu’à la dernière journée. La situation était tellement désespérée qu’au soir de la 38e journée, face à Fréjus, tous s’en remettaient à un seul espoir : le maintien administratif, en attendant avidement le déclassement du Mans. Las ! au cours d’un match dantesque comme seules peuvent en produire ces rencontres couperet, un doublé de Mandrichi au finish a permis au Red Star de se maintenir en National. Voilà pour la fin de saison.

En général, quand on sort d’une saison galère comme celle-ci et qu’on doit son salut à la providence, on s’empresse de faire le nécessaire pour repartir du bon pied. Le club audonien ne démord pas de son objectif : retrouver la Ligue 2. Pour cela, il a besoin de maîtriser l’aléa sportif. Ou plutôt les grandes incertitudes, celles qui font qu’un club qui ambitionne la montée se retrouve en fin de saison à combattre pour des objectifs totalement inverses. Et cela tient en un mot : rigueur.

« Retrouver de la stabilité »

Pour stabiliser le club, les dirigeants ont opté pour une stratégie théoriquement payante : jouer la carte de l’expérience. Le tandem Laurent Fournier-Patrick Colleter a été appelé sur le banc de Bauer, « pour apporter la rigueur » que le président Patrice Haddad souhaite insuffler au club. Mieux, le club a décidé de maintenir en place le staff de la saison dernière, pour conserver des anciens joueurs historiques et réaliser l’union sacrée : Vincent Doukantie, l’ancien entraîneur, prend désormais en charge la réserve, tandis que Steve Marlet, ex entraîneur-adjoint, a été promu directeur sportif, en charge du recrutement et de la formation.

Sur le terrain justement, le Red Star a fait peau neuve en faisant justement le pari de l’expérience, des bons coups, et de la formation interne. Le recrutement se devait d’être malin, car le club audonien a laissé partir de nombreux cadres : Franck Queudrue, le patron de la défense, a pris sa retraite, tandis que Cédric Sabin, bien seul en pointe tout au long de la saison, n’a pas été conservé. D’autres joueurs n’ayant pas convaincu ont également fait leur valise, comme le jeune Pierre Gibaud ou Mickaël Despois.

Pour compenser les départs, le Red Star s’est activé très tôt. Le club a renforcé toutes ses lignes avec des joueurs ayant l’expérience du haut niveau (Vincent Planté aux cages, Julien Ielsch, vieux briscard de L2 avec Reims et Amiens, sur le flanc gauche, Karim Ben Amor, de Tunisie, et Anthony Ricca, qui a l’expérience de la D1 grecque) ou s’étant affirmés cette année en National ou en CFA : le défenseur Romuald Marie et le goleador Kevin Lefaix ont quitté le Poiré-sur-Vie pour les bords de Seine ; Fabien Antunes, Pierrick Cros et Jean-Michel Orsattoni, sont venus compléter l’effectif en espérant grandir à l’ombre des cadres, comme les deux jeunes du centre de formation, Franck N’Dinou et Mohamed Cissé, appelés en équipe première pour la saison.

Construire pour l’avenir

Le turnover est impressionnant, quoique relativement normal chez les clubs semi-professionnels. Cela n’inquiète pas Laurent Fournier : « Mon projet est de professionnaliser l’équipe et de monter en Ligue 2 dans les deux ans. J’ai envie d’atteindre l’objectif loupé avec Créteil et Strasbourg ». Pour le moment, la préparation du club lui donne en partie raison : pour sa première sortie, les Audoniens ont réussi à prendre le nul face à Reims, avec une très bonne activité des recrues. Mais l’enjeu est ailleurs, moins dans la qualité individuelle des joueurs que dans la cohésion d’équipe et le mental, qui ont cruellement fait défaut la saison passée. « On a un bon groupe, avec beaucoup de qualités, poursuit Fournier. Mais je veux un groupe avant tout solidaire. C’est par la solidarité qu’on ira chercher de bons résultats. »

Avec un objectif de la montée d’ici 2 ans, se pose un autre souci, et de taille : l’avenir du stade. Le stade Bauer est beau, mais vétuste ; plein d’âme, mais vide de spectateurs. Le président du club ambitionne toujours de quitter l’enceinte historique pour déménager à quelques encablures de là dans un complexe sportif moderne, flambant neuf, plus grand, et financé via un partenariat public-privé. « Affectivement, nous sommes tous attachés au Stade Bauer, à l’âme de ce stade, à son histoire, à cette atmosphère anglaise. Économiquement, nous sommes obligés de nous interroger sur la possibilité d’un stade sur les Docks. Il y a la volonté d’avoir, dans le futur, une enceinte qui permette d’accueillir le Red Star en Ligue 1. C’est un projet à moyen terme pour le club. »

Oui mais voilà : à quelques centaine de kilomètres de là, en Sarthe, un club vient de mourir. Ce club, c’est celui du Mans, celui qui avait fière allure il y a encore 5 ans avec Rudi Garcia, Gervinho et Tullio De Melo. Et c’est aujourd’hui un club qui se retrouve en DH, criblé de dettes, et avec un stade disproportionné, la MMArena, financé par un PPP et pour lesquels la collectivité, c’est-à-dire les Sarthois, voire tous les contribuables, vont devoir payer le manque à gagner dû aux mauvais résultats sportifs.

Alors, même s’il est persuadé que sa place est en Ligue 1, le Red Star serait bien inspiré de ne pas crier victoire trop vite.

Tags ,

Partage cet article

Articles similaires

2 commentaires

  1. short prom dress uk6 septembre 2013 à 12 h 17 min

    Hello I like your blog. Do you need to guest submit in my very own sometime? If that’s the case please inform me by means of e-mail or perhaps reply to this kind of opinion because I signed up for notifications and can understand should you.

  2. buying ffxiv gil for sale8 septembre 2013 à 18 h 42 min

    I am fond of a %anchor%! They’ve been now nice particularly chic! It is my opinion they’re worth every penny!

A la Culotte Social Club
Les petits potes
ALC soutient fièrement Alterfoot, le portail alternatif du football autrement.
Tumblr